Quelles évolutions pour nos vins d’Alsace ?

Elles seront davantage plurielles que jusqu’alors. Alors que la concentration des moyens de vinification/commercialisation se poursuit, la voie/voix dominante se démarque de plus en plus d’autres approches, certes plus isolées et confidentielles, dont la nôtre.

Nous partageons notre volonté de vivre au plus près de nos terroirs avec la trentaine de vignerons qui construisent la charte Vinabio, en transparence et diversité. Alors que la famille des vins biologiques s’agrandit, avec à sa disposition de nombreux moyens plutôt éloignés de la notion de terroir (guano bio du Chili, phosphates de Tunisie, bientôt désherbants bio ?, nombreuses techniques industrielles de cave, …) et encore plus du vivant (que restera-t-il de la parole du vivant, du bio-logos, que feront-nous lui dire ?), il devient presque anormal de vouloir faire naître des vins à partir de simples raisins, mûrs ou sur-mûris, sans ajouts ni retraits en cave.

L’idée du vin bien fabriqué, même à partir de raisins plus ou moins intéressants, bio ou non, reste le critère dominant de réussite, voire de plaisir à partager.

Notre quête reste donc une voie étroite que nous partageons volontiers, entre balade dans les terroirs, visites et dégustations techniques ou ludiques, accords mets-vins comme celui autour des plantes sauvages de nos vignes, à l’occasion de l’apéro gourmand le 7 mai dernier : plantain et consoude (surtout dans le Rothstein), poireau sauvages (Bruch, Obermuehl), ficaire (Dionysiuskapelle), dernières orties perdues dans les talus, pointes de houblon suavages et lierre terrestre (Buehl), tout juste arrivées les fleurs de sureau, viendront les fraises des bois et … les raisins épargnés par les gelées tardives et la grêle.

plantessauvagespantessauvagesapres

Nos interrogations à partager restent nombreuses, je les livre en vrac en quelques paragraphes. Si vous souhaitez approfondir l’une d’elles, n’hésitez pas à nous écrire ou à construire un temps de rencontre à Wolxheim ou dans votre cercle (nous nous déplaçons ou mettons à profit nos pérégrinations pour caler des dates opportunes).

Entre conférences, dégustations commentées, échanges informels, chaque rencontre ou explication est pour nous un apprentissage supplémentaire, sans compter l’effet papillon que nous cultivons à souhait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>